En continuant à naviguer sur mon site, vous consentez à ce que j'utilise des cookies pour collecter les statistiques de visites. En savoir plus

#Radio Utopic, la très probable fin, ou les déboires avec Radionomy

Au risque de me répéter un peu dans ce post, un petit point sur l'état d'Utopic, et les difficultés apportées par la plateforme Radionomy qui n'ont pas été sans conséquences.

Le 17 avril, Utopic sera fixée sur son sort. C'est la dure loi mais plutôt justifiée de Radionomy qui impose un seuil d'audience minimal à atteindre pour que la radio puisse persister sur la plateforme. Cette analyse est effectuée sur 30 jours, plusieurs fois par an (4 si ma mémoire est bonne), et au terme de ces 30 jours, l'audience moyenne est calculée et doit atteindre 130h d'écoute minimum par jour. Ce qui correspond à avoir au moins 6 auditeurs à l'écoute en permanence en moyenne ; ceci dit, ça marche aussi, en ayant 130 auditeurs chaque jour pendant une heure, et 0 le reste du temps ؟

Autant dire que ce calcul, qui est imposé depuis les débuts de la plateforme souffre d'un petit problème de fiabilité, mais n'étant pas statisticien, je n'aurais pas de meilleure solution à leur proposer, si ce n'est que celle d'analyser les projets au cas par cas, puisque quelques radios comme la mienne n'ont pas atteint leur objectif alors que les personnes qui se trouvaient derrière étaient des personnes qui avaient clairement envie de faire avancer leur projet. Je dis cela car beaucoup de comptes de test sont créés par des personnes qui ont juste envie de découvrir la plateforme, ou des personnes qui se disent "tiens, je vais créer un radio", et qui une semaine après, l'oublie. Il est donc nécessaire d'avoir un robot supprimeur de radios quand on en héberge plusieurs dizaines de milliers.

Vous l'aurez compris, Utopic n'atteint pas ce seuil fatidique et le couperet devrait tomber dans à peine 2 mois. La faute n'est pas seulement à Radionomy, mais commençons par là.

Radionomy est une plateforme qui existe depuis 2008, et qui a été précurseur en création de webradio, mais n'a que peu évolué et innové entre temps. Elle propose une interface très très simple d'utilisation et ce produit possède un énorme avantage, il donne accès à des milliers de musiques déjà présentes sur leur serveur, et en plus nous exonère du paiement des droits d'auteurs (qui resentent une grosse charge comme je le disais dans mon post précédent). Une aubaine pour les producteurs de webradios… à condition d'avoir beaucoup de patience, et d'accepter que leur produit n'évoluera pas malgré les nombreuses demandes qui peuvent être faites. Je m'explique.

Pendant ces 7 mois, j'aurai appris beaucoup de choses sur la manière dont Radionomy gère ses "clients" (si on peut appeler ça comme ça, puisqu'en somme, on ne paie rien), et certaines rumeurs qui circulent sur l'Internet se sont confirmées. Pour moi, la panne du week-end du 7 février est mémorable. Toutes les webradios utilisant directement leur plateforme (il est possible d'utiliser des moyens de diffusion alternatifs, ou de ne diffuser qu'en "live" = n'utiliser Radionomy comme un relai de diffusion d'un studio radio) ont commencé à tomber le vendredi soir. Coupures, blancs, voire stream complètement indisponible, et tout cela pendant un week-end entier (ou "Comment faire perdre des auditeurs aux radios en deux leçons"). Pour une société qui compte plusieurs dizaines de milliers de radios, comment expliquer qu'ils n'ont pas d'astreinte technique ? D'autant plus que tout cela se soldera finalement par un petit post d'excuses sur le forum interne, et soigneusement verrouillé par les administrateurs du forum pour éviter les réactions abusives. Cependant, après de nombreuses demandes, on ne peut pas leur reprocher d'avoir un petit peu communiqué sur le sujet… un petit peu… Précisons aussi que la panne a été tranquillement réglée le lundi matin vers 10:30 ! Notez aussi que les radios des administrateurs de Radionomy semblaient tourner parfaitement selon les dires de certains producteurs (je n'ai pas été vérifier par moi-même).

Ensuite, au moment-même où j'écris cet article, Radionomy propose de tester un nouveau mode de génération de playlist basé sur une amélioration notable. En radio, quand on ne gère pas une playlist liée à un seul artiste, une des choses à éviter est que deux chansons (ou plus) d'un seul et même artiste soit enchaînées à la suite. Pour cela, on met en place des règles qui imposent au générateur de playlist de ne pas répéter le même artiste sous un laps de temps bien défini. Jusqu'à maintenant, "Madeon" et "Madeon - Passion Pit" pouvaient être enchaînés à la suite, ce qui est fâcheux. Avec le nouveau générateur, on regarde si, dans le champ artiste, on voit un " - " ou un " & " (notez les espaces autour des signes de ponctuation). Ainsi, "Madeon" et "Madeon - Passion Pit" ne pourront plus être enchaînés. Cependant, cette nouvelle règle souffre encore d'un gros défaut : déjà, en informatique, regarder la présence d'un caractère random ou un autre pour en tirer des conclusions, ça pue. Ensuite, si je suis dans le cas d'un gros featuring "A - B - C", mais que l'artiste "C" a produit une chanson qui pourrait très bien s'enchaîner avec celle de "A - B - C", car on n'entend presque pas C dans cette chanson (je vous l'accorde, cet exemple aussi est complètement random), ça impose à C de ne pas être joué après. Mais quand je dis après, ça repousse la possibilité de jouer C dans 45 minutes, 60 minutes ou 3 heures, que sais-je, tout dépend comment est réglé le générateur. Sauf que, si C actuellement est LE hit du moment, il se fait gentiment et proprement kicker de la playlist à cause d'un featuring qui est ressorti.

Bon, c'est un détail pour beaucoup, mais le vrai problème dans tout cela, c'est que Radionomy arrive avec une super fonctionnalité et propose à tout le monde de la tester. Enfin une innovation, donc on va tous aller voir comment ça marche, quels sont les résultats, etc.

Et là, l'ascenceur émotionnel retombe, une pluie de messages plaintifs s'abat sur le forum interne de Radionomy (car oui, il n'y a pas de bug tracker…), donc je ne vous explique pas le bazar, les problèmes les plus constatés étant une mauvaise gestion de la diffusion de la publicité, et des titres programmés dans la playlist qui n'ont rien à voir avec la programmation soigneusement choisie par les producteurs (à noter qu'une des philosophie de Radionomy est de systématiquement combler les trous dans les plannings des radios par des musiques complètement random, elles aussi, voire en diffusant carrément une autre station, alors que la gestion du blanc devrait être à la charge du producteur, et bien plus significative dans le critère de conservation d'une webradio sur la plateforme). Quand on voit cela, on se demande si les programmeurs de chez Radionomy testent vraiment leur code… ou s'ils ne développent pas directement sur leur serveur de production. Cela, sans compter que la plupart des demandes d'améliorations qui sont faites sur ce nouveau mode de génération de planning ont le droit à un "on va demander, mais c'est pas sûr".

Dernier point que je pointe du doigt, alors que je ne suis pas concerné, c'est le paiement des recettes publicitaires : Radionomy diffuse automatiquement de la publicité sur chacune des stations, 2 fois 2 minutes par heure, afin de financer la plateforme, la prise en charge des droits, etc. Et le surplus généré par les stations leur sont reversés… parfois plus d'un an après la date du versement promis ! Quand la plateforme affiche cela comme un vrai argument incitant les producteurs à souscrire… la pilule de la dure réalité est difficile à avaler. Cela dit, les versements ont été débloqués récemment à peu près en même temps que le groupe Vivendi ait croqué 64.4% de Radionomy (je vous laisse en tirer vos propres conclusions).

Il y aurait encore beaucoup de choses à dire sur la plateforme (problèmes de communication interne et avec les producteurs, bugs trop réguliers, …), qu'entre autres, leur système de statistiques est très bugué (il ne faut pas prendre peur en se réveillant un beau matin et constater que les statistiques de la veille ont chuté quasiment à 0, c'est normal, les stats sont "fiables" sous 7 jours d'ancienneté… difficile d'en juger). Pour être absolument transparent avec vous voici mes stats à un mois :

Et voici mes stats globales, depuis la création d'Utopic :

Comment les analyser ? Le premier graphique correspond à l'audience cumulée (en heures) par jour. On voit que celle-ci à commencer à augmenter lorsque j'ai eu l'idée de lancer l'extension Chrome pour écouter Utopic, début novembre. Un petit creux à Noël, qui apparemment, est normal, vu que les gens partent en vacances… ce qui en soi, n'est pas forcément faux. Fin janvier 2016, 4 jours avec une audience faible s'enchaînent, sans raison apparente. Et on voit très bien les chiffres du week-end catastrophique de février.

Les deux autres graphiques ne nous intéressent pas tellement finalement, puisque le mois de novembre laisse apparaître une attaque des serveurs de Radionomy assez puissante (c'est du moins ce que j'en déduis), ne permettant pas de voir les autres chiffres qui seraient pourtant assez parlant. On peut éventuellement constater, grâce à eux, les effets de la panne de février sur les graphiques à 1 mois… Mais, on s'en passera, car ce sont les heures qui nous intéressent, avec le fameux pallier des 130.

En somme, mes statistiques ont fait beaucoup de yo-yo, ce qui est plutôt normal quand une radio n'a que peu d'auditeurs. Une radio qui aura fait ses preuves aura une audience beaucoup plus stable.

Tous ces constats laissent un goût amer. Une nette impression, que j'espère fausse, que les petites webradios qui fluctuent chez eux, ne sont là que pour assurer la pérénité de leur portefeuille, en diffusant les précieuses publicités (qui elles, à mon souvenir, n'ont jamais souffert de bugs majeurs). Cependant, même si je reproche beaucoup de choses à Radionomy, elle n'est pas la seule responsable de l'échec d'Utopic, et je dois avouer que, malgré tout, on peut sentir depuis peu de temps, un regain d'activité chez Radionomy, conséquence probable du rachat d'une partie de la société par Vivendi ; de plus proposer un tel modèle économique était vraiment culotté, et a fait ses preuves, quoi qu'on en dise. De plus, proposer une exonération des droits de diffusion + un serveur de diffusion et un manager de webradio + des chroniques d'une qualité tout à fait appréciable, tout cela gratuitement, c'est déjà énorme ! En sachant cela, il est difficile d'en attendre plus ; pourtant le raz-le-bol général constaté n'est pas là pour rien, et je n'ai eu de cesse de le dire ouvertement sur leur forum : c'est vraiment dommage qu'ils ne soient pas suffisamment à l'écoute de leurs utilisateurs, ce qui leur permettrait de redorer leur image publique, et de proposer un produit toujours meilleur. Mais non, jusqu'à maintenant, ils ont l'air de se reposer sur leurs acquis, et c'est vraiment dommage. On verra bien si l'investissement de Vivendi change quelque chose…

Comme je disais, Radionomy n'est pas la seule responsable de mon échec. En effet, je m'étais fait le pari de réussir à lancer une webradio sans débourser d'argent (car je ne tenais à faire cela que par passion, et à vrai dire, ne pas avoir de retombées financières grâce à la pub m'importait vraiment peu), et en essayant de conclure des partenariats de visibilité. Je ne vais pas refaire mon post précédent, mais cela n'a malheureusement pas marché, alors que j'étais persuadé qu'une webradio diffusant une playlist de type "bonne humeur" pourrait réellement plaire.

Néanmoins (ne comprenez pas ici que je n'arrive plus à respirer), je m'étais aussi fait le pari de ne pas aller faire de la publicité "abusive", en commentant des vidéos youtube ou des statuts facebook à forte visibilité pour dire "venez écouter ma radio", car éthiquement parlant, c'est quelque chose qui m'insupporte, et je ne voulais pas faire quelque chose que je déteste tant. Je n'ai donc pu compter que sur les annuaires de référencement qui sont là pour ça, mais cela n'a pas suffit (surtout quand Radionomy décide sans préavis de prendre les devants et de supprimer toutes les radios "< 130h" de l'annuaire de webradios d'Orange, sans ménagement, alors que j'avais fait moi-même les démarches pour m'y inscrire, comme beaucoup, et l'annuaire Orange est un annuaire très consulté… Comment voulez-vous évoluer et avoir de la visibilité avec ça ?!)

J'avais déjà fait le parallèle avec la webradio "Chanson Lapin by Manu" qui possède une audience certainement plus forte que la mienne, donc pour moi, le concept n'est pas impossible, mais l'investissement financier dans la communication semble être manifestement un point crucial…

Alors, quid de l'avenir d'Utopic ? Car même si la webradio ne diffusera probablement plus en avril prochain (à moins d'un miracle…), je ne suis pas encore sûr de vouloir l'arrêter pour de bon. En gros, endormir le projet pour le réveiller quand le moment sera le bon, et que j'aurai trouvé une solution différente. Mais une chose est sûre, je n'investirai jamais dans la publicité si je sais que ma webradio peut souffrir de problèmes techniques comme Radionomy nous en a fait subir… Bonjour la crédibilité…

Enfin, pour reboucler avec ce que j'avais pu dire dans un article encore plus ancien. Radionomy est, et reste une solution parfaite pour les débutants en radio, et les amateurs comme moi qui n'avaient pas envie d'investir. Mais force est de constater que si on veut faire mieux (des rotations musicales plus travaillée, une vraie qualité de son, etc), il sera mieux de songer à une autre solution.

Note ajoutée : Tous les défauts de Radionomy que je pointe sont vérifiables publiquement, il suffit de se rendre sur leur forum pour s'en rendre compte. Cependant, j'insiste sur le fait qu'en dépit de tous les problèmes rencontrés par la société et sa plateforme, ils offrent quand même un service unique en matière de gratuité, ce qui est vraiment exceptionnel et un avantage certain pour beaucoup de producteurs. Je ne veux pas que mon discours ne soit que péjoratif envers eux.

Rédigé le .

Commentaires

comments powered by Disqus