En continuant à naviguer sur mon site, vous consentez à ce que j'utilise des cookies pour collecter les statistiques de visites. En savoir plus

#Reflexions Un peu d'hypnose

Un sujet dont je n'ai jamais parlé sur ce blog et qui, pourtant, m'intéresse beaucoup (comme plein d'autres me direz-vous). Dans ce post, je vais vous livrer une technique d'auto-hypnose que j'exerce pour décompresser et retrouver un peu de vitalité… Petite anecdote : cet article a bien failli être le tout premier de ce blog, mais j'ai abandonné à plusieurs reprises la rédaction de ce dernier.

Cet exercice m'est directement inspiré de toutes les vidéos sur l'hypnose que je me suis enfilé sur la toile, mais aussi de ma propre expérience avec un hypnothérapeute.

Pour cet exercice, le seul pré-requis est : une douche. Oui, il s'agit ici de profiter de cette activité quotidienne pour se détendre (joindre l'utile à l'agréable). Il est préférable d'avoir de quoi fixer le pommeau au mur, vous comprendrez pourquoi lorsque je développerai le détail de l'exercice… que voici.

1) L'entrée en transe hypnotique

Avant de commencer l'exercice, il faut se placer dos à la colonne sur laquelle est accrochée le pommeau de douche. Le jet doit arriver directement sur la nuque, zone stratégique du corps où un massage hydraulique semble plutôt efficace d'après mes constatations. Ce jet d'eau jouera un rôle majeur dans la suite de l'exercice.

Comme tout exercice d'hypnose, il faut d'abord se plonger en état de transe hypnotique. Ce dernier n'a pas besoin d'être très profond pour être efficace. Pour ma part j'utilise la traditionnelle méthode du comptage. Ainsi, je me répète les phrases suivantes dans ma tête, comme si un hypnothérapeute me susurrait à l'oreille :

« Vous pouvez fermer les yeux. À trois vous serez parfaitement détendu… 1. Vous êtes détendu, posé, votre respiration est calme, on inspire… on bloque un peu… on expire… on bloque un peu… 2. Vous êtes de plus en plus calme et détendu. Tout votre corps est parfaitement détendu et relaxé… La respiration est toujours plus lente… 3. Vous êtes toujours plus calme et plus reposé [etc.] »

2) Contexte de l'exercice de relaxation

À présent, on pose le contexte. Il s'agit ici d'imaginer son corps comme un récipient rempli de stress, d'anxiété, de tristesse, de colère… bref, de mauvaises émotions, de mauvaises ondes.

« Maintenant, vous allez vous imaginer tel un récipient rempli d'émotions négatives. La peur, la colère, la tristesse, le stress, l'anxiété sont représentées par un liquide qui remplit ce récipient. Plus vous avez d'émotions négatives en vous, plus votre corps en est rempli. Le liquide atteint quelle hauteur ? Quelle partie du corps ? »

Même très stressé, je ne dépasse généralement pas le haut des jambes, je garde cela pour des situations extrêmes (sait-on jamais).

À présent, il faut se présenter une brèche imaginaire au niveau de la nuque, composée de deux canaux : un canal de sortie par lequel les mauvaises émotions seront expulsées et un canal d'entrée par lequel des ondes positives vont pénétrer le corps.

« Maintenant que toutes les émotions négatives sont rassemblées au bas de votre corps, vous allez imaginer une petite ouverture au niveau de la nuque, par laquelle les émotions négatives vont pouvoir s'échapper, et par laquelle l'eau, qui représente les émotions positives, et qui coule doucement sur votre nuque va pouvoir s'infiltrer dans votre corps, prenant la place des émotions négatives petit-à-petit.

3) Déroulement de l'exercice

Une fois la brèche "ouverte", l'exercice peut commencer. Le but est de visualiser au maximum le remplissage du corps-récipient par un liquide représentant le bien-être chassant petit-à-petit toutes nos angoisses, de bas en haut. Tout cela, en énumérant une à une les parties du corps, et en ponctuant de temps à autres par un consigne de relaxation.

« Le bien-être commence à remplir votre corps. Tout d'abord les orteils… puis la plante des pieds, et les talons… jusqu'aux chevilles. Les ondes négatives quant à elle, se dirigent vers la sortie petit-à-petit, et vous êtes toujours calme et relaxé. Les émotions positives continuent d'emplir votre corps, prenant la place des émotions négatives qui sont chassées, du bas des mollets… jusqu'aux genoux… et des genoux, jusqu'au cuisses… [etc] »

Trois subtilités à prendre en compte :

  • Plus le corps-récipient se remplit, plus les émotions négatives sont poussées vers la sortie. Ne pas hésiter à bien marquer le moment où les émotions négatives commencent à s'échapper du corps par la brèche, pour marquer un tournant, le début d'une libération. « Les émotions négatives empruntent à présent la sortie, et commencent à s'écouler le long du corps, pour finir à l'extérieur, elle ne peuvent désormais plus revenir ».
  • Quand le corps-récipient se remplit, arrivé aux épaules, on peut se demander ce que deviennent les bras, qui, logiquement sont en contre-bas par rapport au reste du corps déjà rempli, et qui, selon toute logique, ne sont pas encore remplis, eux. On imaginera donc que les bras vont d'abord se remplir avant que toutes les émotions négatives ne soient sorties, en poursuivant l'énumération des différentes parties du corps.
  • Enfin, une fois que les émotions négatives sont "parties", le corps est logiquement rempli de bonnes ondes… jusqu'au cou. On continuera donc de remplir le corps complètement, jusqu'au sommet du crâne, afin d'achever le travail.

4) Sortie de transe

L'exercice est terminé, et peut effectuer un nouveau décompte pour sortir de la transe et récupérer un peu de vitalité.

« Le corps est à présent rempli complètement, des pieds à la tête, d'ondes positives. Vous êtes toujours calme et détendu. Et à 3, on va pouvoir se réveiller. 1. Vous êtes parfaitement relaxé à présent, tout va bien, vous revenez petit-à-petit à vous, et vous retrouvez votre dynamisme et votre forme habituelle. 2. Toujours calme, et parfaitement détendu, vos paupières et votre corps deviennent de plus en plus légers… 3. Vous pouvez ouvrir les yeux quand vous le souhaitez. »


Je ne me souviens plus vraiment de la première fois où j'ai testé cet exercice, mais dès la première fois j'ai pu constater son efficacité. Et si même, il ne s'agissait que d'un effet placebo, je préfère m'en contenter, puisque le but premier est avant tout de se détendre, quelques soient les moyens utilisés.

Rédigé le .

Commentaires

comments powered by Disqus