En continuant à naviguer sur mon site, vous consentez à ce que j'utilise des cookies pour collecter les statistiques de visites. En savoir plus

#Reflexions Quelques astuces pour lutter contre le gaspillage

Parce qu'il y en a marre de devoir acheter plusieurs fois les mêmes produits, juste parce que les précédents sont périmés, obsolètes ou même inutilisables, voici quelques petits conseils à extrapoler librement.

L'obsolescence programmée est en phase d'être encadrée par le gouvernement, mais vu que ce n'est pas le sujet brûlant du moment, on ne sait pas trop ce qu'il se passe de ce côté.

Mais les faits sont là : comme la puce dans l'imprimante qui compte le nombre d'impressions et qui bloque tout dès que le nombre est dépassé, les ampoules à incandescence ou les bas nylon qui ont dû être volontairement fragilisés pour que les sociétés fabriquantes puissent être rentables…

Aujourd'hui, on ne s'étonne plus de voir que notre ordinateur ou notre mobile bug, mais on n'a l'impression qu'on ne peut que râler et ne rien pouvoir faire d'autre. Alors voici quelques petits conseils qui pourront vous permettre de faire quelques économies :-)

Petite précision, je cite plusieurs marques, mais aucune d'entre elles ne fait l'objet d'un placement de produit :-) (si je pouvais toucher de l'argent avec mon blog, ça se saurait !)

Premier scénario : le jambon oublié au fond du frigo

Quoi de pire que d'ouvrir le réfrigérateur, prendre une barquette de jambon, l'ouvrir, constater une petite mousse verdâtre sur la charcuterie, regarder la date de péremption, et se souvenir : « ah oui, c'était pour la raclette de Noël dernier… »

Bon déjà pour ce premier problème, plusieurs solutions existent déjà. De plus en plus d'applications pour smartphones existent, permettant de gérer le stock de son frigo. La procédure est simple : on scanne le produit, on rentre la quantité et la date de péremption, on indique à chaque fois que l'on consomme un aliment, et on reçoit des notifications sur les produits qui sont à consommer rapidement.

C'est un peu fastidieux, mais ça marche ! Sinon, il y a plus simple, comme faire des menus pour la semaine (et les respecter), ou ne pas faire ses courses quand on a faim (au risque de craquer sur plein d'aliments qui finiront au fond d'un placard).

Obsolescence programmée des mobiles

La marque à la pomme est souvent pointée du doigt dès qu'elle sort un nouveau téléphone ou une nouvelle version de son système d'exploitation, car au même moment, les détenteurs de vieux iPhones voient soudain leur mobile souffrir de ralentissements et de bugs… Dommage pour vous, je n'ai pas de solution.

En revanche, si vous êtes un peu geek, et que vous détenez un téléphone Android, il y a de fortes chances que vous trouviez de quoi "flasher" votre téléphone. Cela signifie que, par cette étape, vous allez remplacer le système d'exploitation de votre téléphone, par un autre système. Il faut savoir qu'Android est un système d'exploitation open source, et que n'importe quel développeur ou société peut l'utiliser comme base pour y ajouter sa surcouche. C'est ce que font les fabriquants de téléphones pour proposer toujours plus de fonctionnalités, et c'est aussi ce que font les opérateurs en ajoutant des applications parfois impossible à supprimer (et ça, moi, je n'aime pas…)

Du coup, comme je n'aime pas que l'on me force la main sur un appareil que j'ai acheté (et pas à moindre coût en plus), quand ma garantie est arrivée au terme (et même un peu avant à vrai dire), j'ai flashé mon téléphone pour y installer CynanogenMod. Une opération un peu risquée mais qui s'était bien déroulée (il faut dire que si on prend bien le temps de suivre les étapes, tout se passe bien). Alors, je ne peux pas vous donner la procédure à suivre, car elle peut différer selon les mobiles, mais pour ça, les moteurs de recherche sont là.

Alors, quel est le bénéfice de CyanogenMod ? Il y a plusieurs avantages :

  • Indépendant, CyanogenMod ne proposera pas des mises à jour pour vous donner l'impression que votre mobile est obsolète
  • Des mises à jour plus fréquentes que celles des constructeurs ou des opérateurs. Dans mon cas, j'effectue la mise à jour quotidiennement sur des version "nightly". C'est un peu risqué car, il peut y avoir des bugs, parfois un peu gênants, ou il peut manquer des fonctionnalités, mais dans mon cas, mon téléphone bénéficie de CynanogenMod depuis un bon moment, donc ça se stabilise de plus en plus. Et comme je fais les mises à jour quotidiennement, je n'ai pas le temps de me rendre compte de tous les bugs. Et au pire, on peut toujours revenir en arrière si jamais la nouvelle version présente une anomalie majeure.
  • Dans le cas de Samsung (ou autre), le constructeur s'engage à maintenir ses modèles vendus à jour sur une certaine durée. Or, si Android sort une nouvelle version après la durée de maintenance proposée par Samsung, la société corréenne n'est pas tenue de proposer une nouvelle mise à jour. Si bien que sans CyanogenMod, mon téléphone serait toujours sous Android 4. Alors qu'aujourd'hui, je bénéficie d'Android 6.

Et c'est ce dernier point qui me permet de "lutter" contre l'obsolescence programmée. Mon téléphone est en parfait état (excepté quelques bugs mineurs qui finiront par être corrigés, notons que CyanogenMod propose un forum pour en faire part), et je peux continuer de profiter des mises à jour des applications. Car les éditeurs d'application aussi ne veulent pas s'embêter à maintenir les anciens modèles (ça coûterait trop cher…), alors ils ne proposent des mises à jour que pour les nouveaux modèles et tant pis pour ceux qui ont un vieux téléphone. Pouvoir bénéficier de mises à jour en permanence me permet donc de continuer à profiter pleinement de mon mobile, qui aura bientôt 2 ans d'ancienneté, et qui reste en pleine forme. Je ne pouvais pas en dire autant de ses prédécesseurs…

L'économie collaborative

En voilà un concept intéressant que j'ai découvert en regardant des reportages de l'émission "On n'est plus des pigeons" (une émission sur France 4 qui apprend des tas de choses sur notre société de consommation…)

Le sujet abordé dans cette émission est le coût d'un enfant. Et si les sociétés et les commerces savent très bien que les parents craqueront pour un petit pull trop mignon ou un jouet qui fait de la musique (car on les aime tellement nos bambins que c'est difficile de résister), ils n'hésitent parfois pas à gonfler un peu les prix…

Sauf qu'investir 150€ dans le dernier téléphone-jouet à la mode "pour faire comme papa et maman" pour nos chères têtes blondes, alors que ce jeu ne sera utilisé que quelques jours avant de finir au fond du tiroir… ça fait mal au porte-monnaie (d'ailleurs, les téléphones-jouets, on en reparlera un jour dans ce blog…)

Alors certains (grand-)parents ont eu l'idée de proposer des services de prêt/location de jouet, ou de donne/revente à bas prix des jouets qui ne servent plus. C'est ça l'économie collaborative, c'est proposer à d'autres personnes qui n'ont pas forcément les moyens d'investir la possibilité de gâter leurs enfants.

Au final :

  • Les parents donneurs/prêteurs sont désencombrés
  • Les parents loueurs/acheteurs font une bonne affaire
  • Les enfants s'épanouissent avec de nouveaux jouets tout en apprenant une nouvelle manière de partager ses biens (et non plus se les approprier comme nous l'a appris notre société d'abondance actuelle)
  • Et la société ou l'association qui gère tout cela y trouve probablement son compte en fixant une petite comission.

Conclusion

Notre planète n'est pas un réservoir de ressources illimitées, et si nous, nous pouvons faire quelque chose en attendant que les industriels se bougent le cul pour ne plus gaspiller, il faut le faire !

Rédigé le .

Commentaires

comments powered by Disqus